39,00

In stock

Category:

Description


Beau livre de photographies en édition limitée à 300 exemplaires.
Préfacé par Philippe Lançon, lauréat du prix Femina pour “Le Lambeau”

Imprimé en France par l’imprimerie Escourbiac, spécialiste et créateur de beaux livres photographiques.

  • Grand format 21×28 cm avec couverture rigide,
  • 92 pages à la française,
  • Brochure à la Suisse,
  • Imprimé en quadrichromie, sur papier de très haute qualité : Symbol Tatami de 150g pour les images, et Sirio pour la préface de 8 pages écrite par Philippe Lançon,
  • Bloc cousu, couture apparente.

Après une exposition à la Chapelle Saint Louis de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris en 2018 et une présentation en clôture du TEDx 2020 de Limoges, ce livre présente de manière exhaustive cette collection de visages, abimés de naissance, par une maladie ou un accident qui étonnent par leur délicatesse, leur beauté et leur humanité.

Une maladie, un accident, une balle de Kalach’…
Ceux qui perdent leur visage se rendent un temps invisible au monde.
Le livre de photographies Re – Les Réécritures de la Chair met en lumière les portraits de patients touchés par une reconstruction du visage et les juxtapose aux ballets des mains des chirurgiens pratiquant ces interventions en bloc opératoire.
En captant ces instants qui d’habitude se soustraient au regard et en réalisant des portraits de ces patients, le travail de Candice Cellier devient une étape très importante dans leur parcours de soins et de leur processus de refiguration.   
Pour chaque patient, poser pendant la reconstruction de leur visage était un véritable défi. Sortir de l’invisible au travers de ce livre marque une nouvelle étape dans leur légitimité à exister au grand jour. La séance de prise de vue ne marque pas la fin de leur reconstruction mais le début d’une certaine forme d’acceptation qui est nécessaire au rétablissement.

Philippe Lançon, lauréat du prix Femina ainsi que du prix spécial Renaudot en 2018 pour son récit autobiographique « Le Lambeau », a accepté de poser, d’abord son visage, puis ses mots, pour ce livre.
Voici ici les premiers mots de cette splendide préface de 8 pages :

« Pourquoi accepter de montrer sa gueule en travaux ? Pourquoi refuser ? Je ne peux répondre à la place des autres, même si j’ai une idée de la force et de la détresse qui les animent, du besoin d’être reconnus tels qu’ils sont et pour ce qu’ils sont, du rêve qu’ils peuvent avoir de retrouver le visage et les fonctions d’avant la maladie ou l’accident, mais je peux expliquer pourquoi moi je figure ici. »
Philippe Lançon, extrait de la préface du livre.